Jardins vénérable

C’est le jardin que je préfère, on y trouve des arbres qui ont pratiquement 200 ans, le parc ayant été créé par un pépiniériste en 1820, lorsque je suis arrivé, dans ce jardin, j’ai pratiqué une restauration en profondeur,on n’y trouvait encore plusieurs arbres couchés dus à la tempête de 1999, tous les arbres étaient couverts de branche morte et le champ de vision était complètement bouché par des murs de végétation ne laissant aucune perspective.

Ce jardin situé à la limite du Forez, au centre d’une petite ville, il est une immense source de méditation.

Un grand bassin entièrement restauré, serpente en son centre où il ne manquerait  plus  qu’à y mettre  de belles carpes Koy.

Attention car les chouettes veilles et nous observe.

Un très vieux est magnifique ginkgo biloba  domine au centre du parc.

Tous les ans, ils produisent un grand nombre d’ovules qui ne manque plus qu’à être fécondé.

Trois immenses hêtres pourpres à la base imposante bordent le bassin.

Le plus gros travail a été de nettoyer ces énormes thuyas formant un superbe bosquet, dont on ne distinguait même pas leurs puissants troncs, du fait qu’ils étaient taillés sur leur côté en barrière opaque, à savoir que les plus jeunes sujets sur les côtés sont issus d’un marcotage naturelle de celui du centre, leurs implantations pourraient être une source d’inspiration pour une plantation d’un bosquet en bonsaï

On peut quand même observer quelques  fleurs butinées par les abeilles, qui traînent par-ci par-là dans ce magnifique parc.

L’univers des mousses
Transpotage d’une Forêt d’Orme sur lauze